Notre environnement

Petit glossaire

Un erg : désert de dunes ou champs de dunes fixes dont seul le sable superficiel est remodelé sans cesse par le vent.

Une hamada : plateau rocailleux surélevé en région désertique.

Un reg: désert de pierres, dont la surface caillouteuse a été débarrassée des éléments fins par l’action du vent.

Un oued ou wadi: vallée,  lit de rivière,  fleuve d’Afrique du Nord dont le  régime hydrologique est très irrégulier. Le plus souvent à sec, il  s’anime de manière spectaculaire en cas de fortes précipitations et peut changer de lit. On dit qu’il roule plus qu’il ne s’écoule.

Un djbel: montagne ou un massif montagneux.Géographie

Géographie

Le sud-est du Maroc est riche en milieux naturels exceptionnels et variés avec lesquels l’Homme a su cohabiter depuis des millénaires. Malgré les conditions de de vie rudes, un ensoleillement important avec une forte amplitude thermique et  un environnement à majorité minéral  la région a été préservée au fil du temps grâce à une approche  peu intrusive de l’Homme sur la nature. 

L’oued Drâa: avec 1’100 kilomètres est le plus long fleuve du Maroc. Il est le résultat de la réunion des rivières Dadès et Imini à une altitude allant jusqu’à 4’000 m, dans les montagnes du Haut Atlas, vers le col de Tizi-N’Tichka. Il se jette dans l’océan Atlantique à Foum Drâa au nord de la ville de Tan-Tan et au sud de Guelmim.  De nombreux villages ou villes tirent profit de ses eaux,  mais le fleuve est à sec une grande partie de l’année et ne parvient à son embouchure qu’en cas de précipitations exceptionnelles.

La vallée du Drâa: s’étend sur 200 km de long et offre une mosaïque de milieux, oasis, ergs, dunes de sable, hamada, plateaux rocheux surélevés. Les oasis, formées grâce à un réseau de rivières souterraines provenant de l’Atlas, servent à irriguer les cultures et les palmeraies.

Cette page a également pour objectifs de recenser, au fur et à mesure des observations, les milieux traversés, les plantes identifiées et les animaux observés.

Animaux

Oiseaux présents dans le Sahara marocain

  • Outarde houbara, animal en voie d’extinction, chassé par les quataris. https://www.wsrw.org/a198x1617
  • Traquet du désert, En Afrique du Nord, on le trouve le long du littoral atlantique, et dans la steppe dégradée à la lisière du sahara. Lorsqu’il occupe la zone côtière, il accorde sa préférence aux zones de haies, de broussailles et de tamaris, mais aussi au lit de rivières. Il apprécie les sols caillouteux et sableux, mais il évite les dunes, les pistes de gravier et les véritables déserts, même lorsqu’ils sont riches en insectes.

Plantes présentes dans le Sahara marocain

  • L’askaf, Traganum nudatum, famille des Amaranhacées

Plante sacrée dont le nom signifie “celle qui reste en dernier” car elle empêche la croissance d’autres plantes. Elle pousse sur les terrains salés et représente une plante de prédilection pour les dromadaires- Elle est dite “froide” car elle hydrate les animaux mais elle est aussi présente en automne, après que toutes les autres plantes aient disparu. 

  • Tourza (darija), calotropis procera , pommier de Sodome (français), arbre de Satan (Maroc),

arbre à couilles, nom donné par les légionnaires en raison de la forme de ses fruits. C’est une plante fréquemment trouvée du Sénégal au Maroc. Elle peuple les zones sèches et flirte ici avec la frontière algérienne, de Figuig à Tan-Tan en passant par Rissani, Agdz et Zagora. Elle supporte la sécheresse et le sel et ses graines sont transportées par les animaux et le vent. La tradition orale Touareg veut qu’elle signale une ancienne présence humaine enfouie sous le sable. Elle est toxique, notamment par son latex, mais les populations du Sahel ont su exploiter toutes ses vertus.

Les troupeaux de moutons et de chèvres ne la craignant pas, ils mangent ses feuilles et son bois asséché. Ses rameaux et son écorce permettent de faire cailler le lait. Son bois, très léger, est un bon combustible et, à l’épreuve des termites, il est idéal pour la confection de huttes ou de toits. Ses fibres étaient utilisées pour faire des cordages et des filets de pêche. Le latex, qui contient de la calotropine, était utilisé pour confectionner des flèches empoisonnées, mais permet aussi de soigner les plaies des chameaux, ou encore de débarrasser les animaux de leurs tiques. Elle est aussi utilisé comme un antivomitif.

Il représente le lieu de ponte d’abeilles mellifères dont le miel est récolté ancestralement. De couleur foncée, il est très différent des miels trouvés en Europe.

Réservez un voyage dans le désert Marocain